0
Conseil municipal du 26 septembre 2014

Exigence de compréhension et réflexion : du terrorisme international à l’action locale (risques industriels, sécurité...)

Propos liminaires au nom du groupe Toulouse Vert Demain

Les élu-e-s écologistes s’associent à la douleur et à la colère qui s’expriment après l’assassinat d’Hervé Gourdel.

Face à cet acte inqualifiable, face au terrorisme, il est impératif d’être fermes. Fermes dans la lutte contre le terrorisme, et fermes dans le respect des valeurs fondatrices de notre République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.

Faisons attention à l’engrenage, qui fait qu’on se lance des grands mots : terreur, barbare, union nationale, et que du coup on renonce à réfléchir, à débattre, à expliquer…
Comprendre ce n’est pas justifier, comprendre ce n’est pas excuser, comprendre, c’est refuser de devenir aveugle, sourd et muet, et d’instrumentaliser ces faits.

Il faudrait simplement relire Tzvetan Todorov (philosophe et historien français d’origine bulgare) qui nous mettait en garde contre ce choc des civilisations et qui nous disait je le cite « les pays occidentaux ont pleinement le droit de se défendre contre toute agression et toute atteinte aux valeurs sur lesquelles ils ont choisi de fonder leur régime démocratique ; ils ont notamment à combattre avec fermeté toute menace terroriste et toute violence ; ils ont intérêt cependant à ne pas se laisser entraîner dans une réaction disproportionnée, excessive, abusive, car elle produirait des résultats contraires à ceux que l’on escompte. La peur des barbares est ce qui risque de nous rendre barbares, et le mal que nous ferons dépassera celui que nous redoutions au départ, l’histoire nous l’enseigne, le remède peut être pire que le mal »

A Toulouse, nous voulons aussi avoir cette exigence de compréhension, de réflexion.

Dimanche, nous fêtions le douloureux 13ème anniversaire de la catastrophe d’AZF.
Nous devons encore effectuer le travail de réconciliation des mémoires : la mémoire industrielle, mais aussi celle du risque industriel.
Nous ne devons pas oublier qu’une usine chimique est toujours présente, à 800 mètres de l’Oncopôle dont nous célébrons par ailleurs le développement, à travers notamment l’institut universitaire du cancer.
Nous voulons rappeler que le Plan de Protection contre les Risques Technologiques d’Heraklès n’a prévu aucune simulation de l’explosion du stockage…comme avant 2001. L’étude de danger n’y est ni transparente ni rassurante, ce qui nous avait amené à voter contre. Car les écologistes souhaitent toujours le déménagement de l’ensemble du pôle chimique loin de la population.

L’exigence de réflexion…nécessite que nous combattions les discours de division et de stigmatisation qui visent souvent ceux qui sont les + en déshérence.
Evitons d’exacerber les ressentiments et les tensions en entretenant des amalgames et en enfermant des catégories de population dans des identités figées qui les déshumanisent.

Ne tombons pas dans la facilité qui consisterait à penser qu’on peut régler les problèmes en déplaçant la détresse comme on pousserait la poussière sous le tapis. Cela déplace les problèmes à court terme, cela ne les règle jamais à long terme.
Comprendre que le réel finit toujours par nous rattraper, c’est sans doute la juste définition du pragmatisme. Malheureusement Monsieur le Maire, je ne suis pas convaincu du pragmatisme de votre majorité sur certains sujets relatifs à la tranquillité publique.

Finalement, le pragmatisme, on l’invoque comme un talisman qui conférerait compétence, réalisme et même sagesse… mais alors il devrait également nous donner les moyens de répondre à d’autres enjeux qui conditionnent fortement notre vivre ensemble.
Je pense à la lutte et l’adaptation au réchauffement climatique, la lutte contre la précarité énergétique, qui menace de s’affirmer toujours plus comme une forme majeure de précarité sociale, la lutte pour la préservation de biodiversité, condition de toute vie humaine.

Ou encore la santé publique, qui repose notamment sur un transfert massif des modes de transports motorisés vers les transports en commun et les modes doux. Les résultats de l’enquête ménage-déplacements publiés cette semaine nous montrent qu’il y a du travail sur ce sujet : 60% des déplacements dans notre agglomération se font encore en voiture et 2 roues motorisées. Bien plus que dans dans la plupart des métropoles européennes et françaises. Nous sommes donc loin du dogme anti-voiture dans notre agglomération et l’exigence de santé publique pour les Toulousain-e-s nécessite de développer fortement les alternatives à la voiture individuelle.

Le pragmatisme de votre action se serait, selon vous, exprimé aussi dans la gestion du personnel, avec un dialogue que vous avez dit apaisé et renoué.
Cependant, et la grève des personnels de ce jour en témoigne, vos premières décisions ont plutôt marqué une discrimination entre agents de notre collectivité par la suppression de primes pour les non titulaires, contre lesquelles les écologistes se sont positionnés, entraînant une situation où à travail égal, rémunérations inégales.
Par ailleurs, je me souviens qu’en 2008, vous vous étiez inquiété d’une chasse aux sorcières de la nouvelle majorité de gauche. Monsieur le Maire, la chasse aux sorcières que vous redoutiez en 2008, vous la mettez en oeuvre en 2014 !
7 DGA sur 9 déjà remerciés, des directeurs déplacés, tout cela sans jury, à votre bon vouloir, c’est cela votre vision d’un dialogue retrouvé...

Enfin, vous évoquiez tout à l’heure votre ambition culturelle au travers de votre volonté de faire classer le centre ville au patrimoine de l’UNESCO, et nous y souscrivons bien volontiers.
Mais la culture concerne aussi d"autres projets, et pour le moment, nous voyons surtout des annonces contradictoires : je pense au projet des Nouveautés abandonné sans que l’on sache son devenir, la Maison de l’Image abandonnée sans que nous connaissions le projet que vous présenterez à l’ANRU avant la fin de l’année pour ne pas perdre le financement, ou encore la Cité de la Danse pour laquelle nous avons appris au travers de votre conférence de presse qu’elle était abandonnée, laissant les porteurs de projet désemparés alors que c’était un de vos engagements de campagne.

Finalement, le pragmatisme dont vous vous revendiquez, est une doctrine accueillante et flexible, un joker qu’on a toujours dans son jeu et que l’on peut jouer et rejouer indéfiniment, notamment pour revenir sur des engagements…

Monsieur le Maire, pendant la campagne, vous promettiez un nouvel élan fait de plein d’exclamations…. Aujourd’hui, vous proposez surtout aux Toulousain-e-s un coup de frein et plein d’interrogations.

Merci de votre attention.

Commentaires

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.