1
Lettre ouverte au Maire de Toulouse

Situation de Télé Toulouse

Monsieur le Maire de Toulouse, Monsieur le Président de Toulouse Métropole,

Comme vous le savez, la chaîne de télévision locale Télé Toulouse fera l’objet ce vendredi 29 mai d’une audience au tribunal de commerce.
Ce rendez-vous sera déterminant pour le devenir d’une structure que nous savons confrontée à de lourdes difficultés, et qui fonctionne sous la menace d’une liquidation judiciaire.

Dans ce contexte, je tiens à exprimer ma perplexité face à ce qui s’apparente à de l’attentisme de votre part.

Au mois d’avril, le Conseil de Toulouse Métropole a adopté la reconduction du Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM) avec TLT.
Il aura fallu attendre cinq mois après l’arrivée à terme du précédent COM pour que ce renouvellement bienvenu soit enfin soumis à notre assemblée.
Cinq mois durant lesquels la situation financière de TLT s’est aggravée.
Aujourd’hui, à trois jours de l’audience au tribunal de commerce, il apparaît que ce COM, bien que voté, n’est toujours pas effectif.
C’est là un signal très négatif quant à l’engagement de notre collectivité aux côtés de TLT.
J’ai bien à l’esprit la réserve importante prévue par ce COM, qui en conditionne l’effectivité à la reconduction par le CSA du canal attribué à TLT. Cette réserve témoigne d’une défiance de notre collectivité à l’égard d’une chaîne qui continue pourtant d’assurer ses programmes en dépit de ses difficultés.
Ainsi que l’ont affirmé les salariés de TLT la semaine dernière, la réponse du CSA s’annonce positive et devrait intervenir prochainement.
Je ne doute pas que dès lors, vous prendrez vos responsabilités en débloquant le COM avant l’audience du tribunal de commerce.

Par ailleurs, il me semble souhaitable que les modalités de versement par TLT de l’ensemble des arriérés de charges liés à l’occupation de locaux municipaux fasse l’objet d’un réexamen.
En la matière, TLT ne profite pas des facilités dont jouissent d’autres structures hébergées dans des locaux municipaux, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa trésorerie et le paiement de ses fournisseurs.

Enfin, au-delà des réponses immédiates qu’appelle l’audience du 29 mai, il ne serait pas responsable de continuer à injecter de l’argent public dans une chaîne dont le format et le modèle économique ne seraient pas repensés.
Cela reviendrait à la laisser végéter en ne faisant que repousser à plus tard un inexorable arrêt des programmes.

C’est pourquoi je réitère les réflexions et propositions qui ont été les miennes dès le Conseil Municipal de mai 2014.
Les élu-e-s écologistes considèrent en effet que notre municipalité et Toulouse Métropole ont une responsabilité particulière pour impulser la réflexion et réunir tous les acteurs concernés autour d’un projet de télévision locale à réinventer.

Des perspectives existent, mais elles ne peuvent pas relever d’une approche purement comptable. Mais d’abord d’une réflexion sur l’identité du projet, étroitement liée à son économie. C’est pourquoi, lors du vote du COM – Ville de Toulouse, j’avais suggéré d’ajouter à son comité de suivi une instance consultative qui permettrait d’associer des acteurs de notre agglomération (salariés de TLT, associatifs, culturels, politiques, économiques, universitaires) à une réflexion sur un projet télévisuel qui fasse sens pour notre territoire.
De même, j’ai évoqué à plusieurs reprises la piste d’une mise en synergie avec France 3 Midi-Pyrénées. Autant de propositions qui sont restées sans suites à ce jour.

En vous remerciant par avance pour votre réponse, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes meilleures salutations.

Antoine Maurice, Président du groupe Toulouse Vert Demain

Commentaires

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 commentaire

  • Fréderique

    en novembre2008 quand TLT a commencé a avoir des difficultés Mr Moudenc ecrivait la même chose sur son blog (http://moudenc.unblog.fr/2008/11/10/que-vive-tlt/#more-37)
    voici ce que l’on peut lire :

    Que vive TLT ! 10 novembre

    Toulousains, Toulousaines, ne soyez pas indifférents ! TLT, votre télévision locale, va mal, et nous devons nous mobiliser pour exprimer notre attachement à son existence menacée !

    TLT a vu le jour il y a une vingtaine d’années, première télé locale créée en France, à l’initiative de Dominique Baudis, qui avait compris avant beaucoup l’intérêt du public pour une chaîne d’informations audiovisuelles de proximité en milieu urbain.

    L’engouement a été immédiat, et le succès populaire ne s’est jamais démenti depuis, de même que s’affirmait le professionnalisme de l’équipe.

    Bien des évolutions règlementaires, capitalistiques et économiques n’ont pas manqué de jalonner le parcours. D’un point de vue économique et financier, il ne s’agit pas d’un « produit » ordinaire, et la recherche de l’équilibre financier a constitué un problème chronique, qui s’est aggravé ces derniers temps, le déficit d’exploitation se creusant dangereusement.

    L’accès des télévisions locales, et de TLT en l’occurrence, au marché publicitaire n’a jamais pu être complet, malgré ce que tous les partenaires espéraient, et le mauvais contexte économique n’offre pas de perspective favorable pour l’année 2009.

    Les autres télévisions locales, dans les autres villes, connaissent elles aussi, logiquement, des difficultés similaires : il y a aujourd’hui un évident et préoccupant problème de financement.

    Les partenaires privés, dont la vocation n’est naturellement pas de faire dans l’humanitaire, refusent de continuer à perdre de l’argent, en remettant au pot à la fin de chaque exercice annuel.

    Que faire alors ?

    Si on estime d’intérêt général, et pour ma part je le crois, l’existence d’une télé locale, alors les collectivités de proximité doivent s’engager davantage, à travers une contribution financière annuelle majorée ; je ne vois aucune autre solution …

    Non, TLT ne doit pas mourir !

    Après la disparition récente de la tranche locale toulousaine du journal quotidien de France 3 et du journal « six minutes » de M6, dont le bureau toulousain vient de fermer, le pluralisme de l’information est en recul dans notre ville !

    Malgré la difficulté objective, des solutions doivent être élaborées, en impliquant les journalistes et salariés de TLT, qui ont prouvé leurs qualités professionnelles et leur attachement à la chaîne et à notre ville. Chacun a son mot à dire pour sauver TLT, la télé de tous les Toulousains !

    Je vous invite à signer, comme je l’ai moi-même fait, la pétition qui circule sur internet ; pour cela, rendez vous sur http://www.jesigne.fr/soutienatlt ; plus les Toulousains seront nombreux à manifester leur soutien, plus les décideurs locaux seront sensibles à la nécessité pour eux de s’engager davantage.

    Et n’oublions jamais que si la Démocratie se nourrit du pluralisme politique, elle a un besoin également vital du pluralisme de l’information.

    Jean-Luc MOUDENC

    Maire de Toulouse de 2004 à 2008