Élu Écologiste à Toulouse

Donnons de la force à l’écologie dans les départements d’Occitanie !

Depuis des mois nous avons fait campagne en Occitanie en disant que  l’urgence écologique était telle qu’on ne pouvait plus se contenter de demi mesures pour sauver le climat et la biodiversité.

Sur cette base, dans un contexte de très forte abstention, nous avons obtenu des résultats électoraux avec 133 388 voix. Je remercie les habitantes et habitants d’Occitanie qui ont fait le choix de l’écologie à ce premier tour des régionales.

Mais de cela, Carole Delga et son équipe n’ont jamais voulu tenir compte.

Dimanche soir et lundi matin, les discussions engagées avec l’équipe de Carole Delga ont eu lieu dans un climat de défiance et de fermeture totale. Avec obstination, les amis de Carole Delga ont refusé de prendre le moindre engagement ferme en faveur de l’écologie et du projet que nous avions présenté à ce premier tour des élections régionales.

Mais ils ont aussi refusé de discuter de nos propositions constructives d’un plan pour la qualité de l’air pour réduire de 2 jours à 1 jour sur 3 notre mauvaise qualité de l’air, d’un plan pour les associations avec un dispositif d’emplois associatifs, d’un plan de soutien à la culture pour réparer le secteur et réenchanter nos pays, d’engagements pour doubler la surface agricole en bio pour sortir des pesticides, ou encore l’expérimentation du revenu universel pour davantage de justice sociale, en imposant leur seul projet de premier tour, et préférant nous balader sur des propositions de postes aussi floues qu’insultantes.

Nous avons acté nos désaccords sur des grands projets :  l’extension de Port La Nouvelle, la LGV Bordeaux-Toulouse, l’autoroute Toulouse-Castres, le financement de vols low cost dans des aéroports secondaires, la chasse, la corrida, chaque partie restant sur ses positions.

Nous ne sommes pas des marchands de tapis.

Epris d’éthique et de démocratie, nous avons cherché sincèrement à construire une majorité respectueuse des résultats du premier tour qui permette à l’Occitanie d’engager pleinement la transition écologique.

La réalité, c’est qu’ils veulent gagner et gouverner seuls, et continuer à tourner le dos à l’écologie. Leur attitude est une forme de violence symbolique : ils nous demandent de céder sur nos convictions et nos valeurs pour nous faire payer le crime de lèse-majesté d’avoir osé défendre une politique autrement ambitieuse que la leur.

La réalité c’est que là où un.e socialiste est arrivé.e largement en tête (Occitanie, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine), aucun accord n’a été fait avec les écologistes.

En revanche, dans les régions où les écologistes sont arrivé.e.s en tête, ils et elles ont montré leur volonté et capacité de rassemblement des projets et des équipes de l’ensemble des forces de gauche et écologistes.

Il n’y aura donc pas de projet écologiste ni d’élu.e.s écologistes pour le porter dans les 6 années à venir en Occitanie.

Malheureusement, ce climat de rejet envers les écologistes se réalise alors que le dérèglement climatique menace de plus en plus l’humanité.

L’AFP a en effet dévoilé hier un projet de rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Les conclusions sont sans appel et extrêmement inquiétantes : les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité s’accélèrent plus vite que prévu et vont devenir palpable avant 2050. Les enfants nés en 2021 assisteront avant leurs 30 ans à la pénurie d’eau, l’exode, la malnutrition et l’extinction d’espèces et de peuples.

Les experts concluent leur rapport en proposant des solutions, notamment politiques : « Nous avons besoin d’une transformation radicale des processus et des comportements à tous les niveaux : individus, communautés, entreprises, institutions et gouvernement. Nous devons redéfinir notre mode de vie et de consommation. » 

Tournons-nous vers l’avenir.

D’ores et déjà, j’appelle les citoyennes et les citoyens d’Occitanie épris de démocratie et d’écologie à se mobiliser dimanche prochain là où des écologistes sont au second tour des élections départementales : en Haute-Garonne, dans l’Aude, le Lot, l’Aveyron, les Hautes-Pyrénées, le Tarn, le Gard et l’Hérault.

Nous pouvons donner de la force à l’écologie dans ces départements d’Occitanie pour avoir des élu.e.s 100% engagé.e.s pour le climat, pour la biodiversité, pour la justice sociale.

L’écologie reste une force tranquille.

Face au temps qui presse, je reste déterminé à la porter dans notre région comme à Toulouse.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur telegram
Telegram
A lire aussi

Articles Similaires

AZF : 18 ans après…

18 ans après la catastrophe d’AZF, c’est toujours en ordre dispersé que les Toulousain-es ont commémoré ce matin

Une recherche précise ?

utiliser le formulaire de recherche !

Antoine Maurice

X