Élu Écologiste à Toulouse

Plutôt que faire en sorte d’ « aimer vivre à Toulouse », Jean-Luc Moudenc aime vendre Toulouse

Propos liminaires au nom du groupe « Toulouse écologiste, solidaire et citoyenne » au conseil municipal du 1er avril 2022

Depuis un peu plus d’un mois désormais, la guerre frappe à nouveau notre continent. Au nom de l’ensemble du groupe Toulouse écologiste, solidaire et citoyenne, je tiens à exprimer notre profonde solidarité avec le peuple ukrainien victime de cette guerre, saluer son courage et sa détermination à défendre sa liberté et plus particulièrement à nos jumeaux, aux habitantes et aux habitants de Kyiv, avec qui Toulouse est jumelée depuis 1975. 

Si l’Union Européenne a prouvé sa capacité à agir en temps de crise, en prenant rapidement des sanctions sévères, nous devons nous aussi, à Toulouse, faire tout ce qui est possible afin de soutenir au mieux l’Ukraine. Toulouse a une responsabilité supplémentaire de se trouver aux côtés de sa jumelle dans ce moment terrible. Sur ce point, nous saluons les efforts de la ville de Toulouse pour organiser la solidarité. Les dispositifs d’accueil doivent suivre pour répondre aux besoins des populations qui fuient, réfugiés de guerre.

Toulouse est une terre d’accueil et elle doit honorer cet héritage. Cette guerre nous rappelle que l’accueil de ceux qui souffrent fait partie de la dignité humaine et de notre société. Notre groupe continuera à défendre avec force la solidarité universelle, sans discrimination aucune, l’accueil inconditionnel.

La période récente a été également marquée à Toulouse par les 10 ans des attentats de Toulouse et Montauban que nous avons commémorés dans l’unité.


En s’en prenant à des soldats, en s’en prenant à une école, c’est la France et ses valeurs qui étaient attaquées. Face à l’horreur et à la barbarie islamiste, face à la haine et à l’antisémitisme, l’unité dans la solidarité sera toujours la réponse la plus forte et la seule capable à nous faire surmonter de telles épreuves.

Souvenons-nous, sans relâche. Contre l’oubli, disons les noms d’Imad, Abel, Mohamed, Jonathan, Gabriel, Arieh, Myriam. Ne renonçons à aucune de nos valeurs. Défendons l’éducation face à l’obscurantisme, la fraternité et la solidarité face à la haine, l’égalité de toutes et tous face aux tentatives réactionnaires, la liberté à tout prix.

Il y a quelques semaines, nous avons aussi assisté médusés au départ du chef russe Tugan Sokhiev qui a continué de faire rayonner l’Orchestre du Capitole dans le monde entier, depuis 2005, date de son arrivée à Toulouse. 

La collaboration du chef a même offert à l’orchestre une attractivité encore plus grande lors de ses 16 années de direction. 

A quelques mois de l’échéance de son contrat, T Sokhiev a été obligé de démissionner précipitamment de ses fonctions, suite à la demande que vous lui avez faites M. le Maire, de s’exprimer sur la guerre en Ukraine. Bien que vous ayez affirmé lors du dernier Conseil métropolitain qu’il n’y avait aucune injonction de votre part, nous constatons pourtant que vous aviez rendu public votre courrier à son adresse, ce qui l’obligea nécessairement à réagir. Nous trouvons la méthode, tant sur la forme que sur le fond, assez inopportune.  Mais comme souvent, vous n’assumez pas la responsabilité de vos actes et leurs conséquences.

Le fait que vous ayez, dans un étrange et dangereux amalgame, mêlé la diversité bien réelle du peuple russe, nous interroge grandement. Cet événement montre encore une fois votre manque de discernement d’un Maire n’ayant pas su gérer la situation et privilégiant l’emportement à la réflexion. 

La conséquence : outre la démission de T. Sokhiev, des centaines d’articles de presse du monde entier qui ont donné une mauvaise image de notre ville, l’émoi de nombreux toulousains et des membres de l’orchestre du Capitole qui ont lu une déclaration de soutien touchante la semaine dernière.

Nous espérons que vous pourrez faire en sorte que les projets communs envisagés, comme chef invité ayant un lien privilégié avec notre orchestre toulousain, comme les musiciens le souhaitent, puissent avoir lieu.

En attendant, Tugan Sokhiev continuera à se produire partout dans le monde, sauf à Toulouse, qu’il adore, et qui l’adore.

Notre conseil municipal d’aujourd’hui montre le décalage entre l’action de votre majorité et l’attente citoyenne, les besoins des Toulousains qui s’expriment : 

  • Sur l’école, d’un côté les habitantEs se battent pour préserver une école de quartier à taille humaine, exemple de mixité sociale et d’ouverture (Port Garaud, pour laquelle nous présenterons un vœu en fin de conseil municipal),

De l’autre, vous envisagez de fermer cette école et ailleurs de mettre en concurrence une nouvelle école avec le maintien d’un lieu culturel historique « nouveau territoire de l’art » Mix Art Myrys là en manipulant la population par une propagande honteuse qui voudrait faire croire que nous serions contre une nouvelle école en soutenant le maintien d’un lieu culturel historique. La confusion entretenue entre la communication institutionnelle, par la signature de la maire de quartier Cécile Dufraisse, et votre propagande partisane, est scandaleuse.  

Par ailleurs, de votre côté, vous présentez en conseil un projet éducatif territorial plein de mots de bonnes intentions, sur lequel nous reviendrons, et de l’autre, une réalité des moyens alloués à nos écoles qui relève d’une dégradation des conditions d’accueil des enfants et de l’animation périscolaire dont témoigne la nouvelle manifestation de ce matin des ATSEM, que nous soutenons. La diminution du taux d’encadrement que vous avez décidé, ajoutée aux modalités de la réforme des 1607h que vous avez choisi, créent une désorganisation incroyable : un manque d’animateurs dont beaucoup ont démissionné du fait de sous-emplois proposés, une surcharge pour nos agents qui sont amenés à remplacer des animateurs voire directeurs, et des agents techniques amenés à faire de l’animation… ! 

Vous ne pouvez pas nier les problèmes comme l’a fait l’adjointe à l’éducation dans la presse, alors que c’est vous qui les engendrez par votre vision purement comptable, loin de l’idée de la ville éducatrice que nous nous faisons.

  • Sur le développement urbain, d’un côté les ToulousainEs se mobilisent par centaines samedi dernier pour un beau projet solide de ferme écologique et solidaire dans un quartier déjà très densifié, les Pradettes, bel exemple d’une nouvelle vision de l’aménagement qui concilie logements, espaces verts, ilots de fraîcheur, économie (car l’agriculture est de fait aussi du développement économique). Un projet exemplaire, sur lequel nous aimerions vous entendre, Monsieur le Maire, exprimer votre soutien clair.

De l’autre, vous poursuivez votre politique qui n’est pas « aimer vivre à Toulouse », mais plutôt aimer vendre Toulouse, avec à l’ordre du jour la vente de lieux et espaces stratégiques, que ce soient des fonciers pour du seul logement (comme nous le verrons à travers plusieurs délibérations à l’ordre du jour), ou la vente de l’hôtel de Lestang et de la caserne Vion.

Vous gérez le patrimoine municipal comme de la promotion immobilière, nous voulons nous assurer la maîtrise publique pour anticiper l’avenir et répondre aux besoins de notre ville dont la caserne Vion, patrimoine remarquable du XXème siècle de 1 ha, constitue l’exemple le plus criant, et pour lequel nous présenterons un vœu en fin de conseil.

En résumé, pour vous, c’est ilots de fraîcheur/agriculture OU logement aux Pradettes

C’est culture OU école aux Minimes/Barrière de Paris/Ponts Jumeaux

C’est école OU crèche à St Michel

Et nous, nous voulons vous rappeler que « gouverner c’est prévoir ».

Pour nous, c’est logement ET ilots de fraîcheur/agriculture

c’est école ET culture

c’est crèche ET école

car nous refusons de découper l’intérêt général et les besoins pour les habitantEs.

Nous ne concevons pas l’action politique municipale comme un choix à faire entre équipements publics et les besoins pour faire ville, nous savons que nous pouvons tout pour autant que nous sachions penser, anticiper et donc prévoir, bref gouverner

Pour faire de Toulouse une ville à vivre ET à habiter, une ville dynamique ET respirable, une ville pour tous les âges ET accessible à toutes et tous.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur telegram
Telegram
A lire aussi

Articles Similaires

Gestion de l’eau : le débat démocratique boit la tasse

La baisse du prix de l’eau indûment facturé par la société Véolia aux Toulousains et le retour « dès que possible » à une gestion municipale de ce bien commun font partie des engagements forts qui ont incités les Toulousains à porter aux responsabilités une majorité de gauche. Conformément à cet engagement, la mairie a dans un premier temps commandé un audit sur la situation.

Une recherche précise ?

utiliser le formulaire de recherche !

Antoine Maurice

X