Élu Écologiste à Toulouse - Occitanie

Risques industriels : prévenir pour éviter le pire

Lundi 21 septembre, ont été commémorés les 19 ans de la plus grande catastrophe industrielle que la France a connu depuis la Seconde Guerre mondiale : celle de l’explosion sur le site de l’usine AZF (AZote Fertilisants) à Toulouse. Récemment, les évènements de l’usine Lubrizol de Rouen et du port de Beyrouth au Liban ont également rappelé l’importance de ces risques technologiques et industriels. 

Agriculture et industrie : un mariage explosif

C’est le nitrate d’ammonium qui est à l’origine de la catastrophe AZF et des explosions au Liban ce 4 août 2020. Cette substance chimique est notamment utilisée comme fertilisant pour l’agriculture sous une forme très concentrée, avec des risques de détonation majeurs.

Or, la France en est une consommatrice importante, représentant 8% de la demande mondiale. Pourtant, pas moins de 10 incidents susceptibles d’avoir impliqué cette substance ont été enregistrés depuis la fin des années 1980. C’est plus que dans n’importe quel autre pays. Pire, selon le Bureau des risques et pollutions industriels, le nombre d’accidents sur les sites industriels classés a augmenté de 34 % en deux ans en France.

Alerter sur les risques industriels : le rôle majeur des élu.e.s

Compte tenu des risques inhérents à ces installations, il est nécessaire de s’interroger sur la réalité et la qualité de la surveillance des sites de stockage. Afin d’assurer la sécurité des habitantes et habitants, ainsi que la protection de l’environnement, les élu.e.s locale.ux se doivent d’avoir un rôle d’alerte sur la question des risques industriels. Leur rôle doit aussi être de solliciter tous les acteurs institutionnels afin que l’information soit disponible et que ces équipements, tout comme les zones qui les entourent, soient efficacement protégés.C’est à cet effet que le 3 septembre 2020, au nom du groupe des élu.e.s Archipel citoyen, j’ai écrit au préfet de la région Occitanie, M. Étienne Guyot, lui demandant de nous fournir la liste de tous les sites  soumis à déclaration de la région Occitanie, stockant des combustibles, du nitrate d’ammonium et tout produit détonant. Aucune réponse n’a été donnée à cette requête. Toujours avec le groupe des élu.e.s Archipel citoyen, nous avons par la suite contacté la Direction Régionale Environnement Aménagement Logement Occitanie (DREAL Occitanie) pour obtenir cette même liste, sollicitant également la mise à jour des contrôles. Nous notons par ailleurs l’impossibilité de visualiser les sites “à risques”, tel que proposé sur le site internet de la DREAL Occitanie.Nous avons reçu une réponse mais n’y figurait que la liste des entreprises soumises à déclaration… De plus, cette liste non mise à jour sur laquelle figurait des sites n’existant plus, démontrait l’absence de suivi régulier de ces risques.

La transparence de l’information : ingrédient essentiel de la prévention et de la protection des populations

À travers un vœu déposé par le groupe d’opposition municipale que j’ai présenté et fait adopter, le Conseil Municipal de Toulouse a demandé à M. Etienne Guyot, préfet de la Région Occitanie, de fournir la liste de tous les sites de la région soumis à déclaration, stockant des combustibles et du nitrate d’ammonium, dépendant des rubriques suivantes dans la nomenclature ICPE : 

  • Rubrique 4702 de code de l’environnement (nitrates d’ammonium) 
  • Rubrique 1510 (combustibles).

Afin de vérifier que les habitant.e.s et les travailleur.euse.s de la région sont bien protégé.e.s vis-à-vis des risques d’incendie et d’explosion, la Direction Régionale Environnement Aménagement Logement Occitanie se doit d’inspecter tous les sites de la région Occitanie soumis à déclaration, stockant des combustibles et du nitrate d’ammonium, dépendant de ces mêmes rubriques. Le Conseil municipal a aussi rappelé au gouvernement son engagement d’augmenter de 50% le nombre d’inspections des sites industriels classés d’ici la fin du quinquennat et l’engagement du projet de loi de finance 2021 qui prévoit la création de 50 postes supplémentaires d’inspecteur.ices.s des installations classées. 

Un nouvel accident qui vient confirmer la nécessité d’une politique nationale renforcée sur le sujet

Or, la région toulousaine a connu récemment un nouvel accident… Le samedi 14 novembre, un important incendie a eu lieu dans un entrepôt de la société Envie, un centre de gestion de déchets électroménagers, situé à Portet-sur-Garonne, près de Toulouse. Le site avait été inspecté en 2019 et, suite à cette inspection, la société Envie avait été mise en demeure pour non-respect de la réglementation vis-à-vis du risque de pollution en cas d’incendie, à cause d’emplacements de stockage ne respectant pas le code de l’environnement.

https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0068.08138?url=etablissement=ENVIE#/. 

À 13h30, ce samedi 14 novembre, le sinistre était en cours de circonscription. Le lundi matin, des fumées s’échappaient toujours au-dessus des bâtiments tandis que les pompiers de la Haute-Garonne surveillaient encore le site. 160 salarié.e.s étaient au chômage technique suite à l’accident. 

Suite à cet incendie, la Préfecture affirmait que les eaux ayant servi à l’extinction du feu avaient été confinées sur le site. Une inspection du site a été réalisée par la DREAL après l’accident. Cette inspection a démontré que, contrairement à ce qu’avait affirmé la communication initiale de la Préfecture, les eaux d’extinction de l’incendie ont déversées jusqu’au dimanche dans le cours d’eau de la Saudrune et se sont infiltrées dans la nappe phréatique… avec des conséquences sur la pollutions des sols qu’il reste encore à déterminer. 

La préfecture aurait donc menti… Et ce mensonge de l‘Etat, tout au moins cette communication initiale ne s’appuyant sur aucune constatation directe, ne laisse pas d’inquiéter sur la gestion des risques industriels en France et dans la région toulousaine en particulier.

https://www.lejournaltoulousain.fr/les-breves-du-jt/incendie-de-lusine-envie-2e-de-portet-le-bilan-une-semaine-apres-109401/

Pour en savoir plus, il est possible de consulter site de l’observatoire des violences industrielles:

https://observatoiredesviolencesindustrielles.gogocarto.fr/annuaire#/fiche/ENVIE-Portet-sur-Garonne/g/@43.42,0.16,7z?cat=all

Ce nouvel accident montre bien que la question des risques industriels et technologiques est prégnante vis-à-vis de la sécurité et de la santé de nous toutes et tous. Le manque de contrôle et de sanction en amont, le manque de transparence sur la réalité des pollutions et risques pour la population au moment des accidents, démontre l’urgence du renforcement d’une politique nationale, mais aussi d’une nécessaire implication des responsables politiques locaux pour garantir la sécurité des habitantes et habitants, tout comme la protection de l’environnement.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur telegram
Telegram
A lire aussi

Articles Similaires

Une recherche précise ?

utiliser le formulaire de recherche !

Antoine Maurice

X